FAQs

Combien de temps dure une thérapie ?

Cela dépend de chaque individu et de la sévérité du problème amené. Une personne présentant une souffrance importante et rencontrant en plus des problèmes dans son travail et sa vie personnelle aura besoin de plus de séances qu’une personne ayant une simple phobie et une vie stable. Globalement, en moyenne une thérapie dure 15 séances mais il peut y avoir d’importantes variations.

Est-ce que vous donnez des informations à mon assurance ?

Non jamais sans votre accord. Je suis tenue au secret professionnel. Toutefois il est relativement fréquent que les assurances demandent des informations. Ne pas y répondre est prendre le risque qu’ils refusent un remboursement. Le choix vous appartient donc de décider si on répond à la demande de rapport ou si vous préférez payez vous-même les séances.

Est-ce que vous pouvez parler à mon entourage ?

Je n’accepte jamais de parler à des proches sans la présence du patient. Je refuse aussi de recevoir des informations de leur part sans l’accord du patient, même si ce sont eux qui financent la thérapie.

C’est quoi une maladie psychique ?

Il faut observer la présence de plusieurs critères pour conclure qu’une personne est atteinte d’une maladie psychique. Le premier est la présence d’une souffrance depuis une période suffisamment longue, d’une atteinte dans le fonctionnement de la vie quotidienne et de la présence de symptômes précis. Beaucoup de personnes présentent des troubles qui les perturbent dans leur quotidien sans pour autant répondre à un diagnostic de maladie psychique. On catégorise les maladies psychiques selon des critères pour en faciliter l’étude et le traitement. Mais en réalité les frontières sont très floues entre les différentes « maladies » et entre ce qu’on vas juger être pathologique ou non.

D’où viennent les maladies psychiques ?

Il n’y a pas de réponse universelle à cette question. On parle de phénomène bio-psycho-social. Biologique parce que la recherche met de plus en plus en évidence des dysfonctionnements au niveau cérébral que ce soit dans une modification des structures ou dans les échanges et la présence de certains neurotransmetteurs. Il apparait que de nombreux troubles psychiques ont aussi une origine génétique. Psycho, parce que les troubles viennent perturber le fonctionnement psychique des personnes qui en souffrent, leurs pensées mais aussi leur fonctionnement cognitif (la mémnoire, la capacité à raisonner, à être attentif…). Et finalement social parce que l’environnement présent et passé dans lequel la personne évolue vas fortement influencer sa vulnérabilité et constituer soit des facteurs de résilience (qui permettent de se protéger de la survenue d’un trouble) soit des facteurs favorisant la maladie psychique.

Est-ce que je suis obligé d’aller jusqu’au bout si je commence ?

Il n’y a pas de nombre de séances pré-établi et vous pouvez stopper le suivi à tout moment. La seule obligation est de payer toute séance non annulée 24 heures à l’avance.

La thérapie peut-elle être remboursée par l’assurance de base ?

Non ça n’est pas possible. Seule une assurance complémentaire prenant en charge la psychothérapie permet un remboursement au moins partiel des séance chez un psychothérapeute psychologue indépendant.

A quel rythme se déroulent les séances ?

Il n’y a aucune obligation dans le rythme de séances. Chacun fixe la cadence que lui convient le mieux et la question peut être revue de séance en séance. Le plus souvent les patients choisissent de venir toutes les semaines ou à quinzaine. Mais il est possible de fixer un espace plus large entre chaque séance. La seule réserve est que, plus les séances sont espacées, plus le patient et le thérapeute perdent le fil du suivi.

Les psychologues ne s’occupent-ils que des fous ?

En premier lieu la folie est une notion vague qu’on n’utilise pas en clinique. On s’imagine souvent qu’il y a des gens « normaux » et d’autres « fous ». En réalité nous avons tous des fonctionnements similaires mais certains sont parfois poussés à l’extrême chez certaines personnes. Certaines personnes ont besoin de très gros stresseurs pour commencer à dysfonctionner d’autre auront un point de rupture plus sensible. Mais tout le monde est susceptible de souffrir psychiquement un jour ou l’autre dans sa vie.

Psychologue, Psychiatre, Psychothérapeute quelles différences ?

Le psychologue a suivi une formation universitaire en psychologie. Cette large formation regroupe plusieurs champs (psychologie du développement, clinique, sociale, de l’orientation, du travail, des émotions, cognitive, neuropsychologie, statistiques…) au cours de leur cursus les psychologues s’orientent vers une spécialité plus spécifique. Au terme de ce dernier une partie des psychologues choisissent d’entamer une formation de psychothérapeute en vue d’obtenir un titre de spécialiste dans ce domaine et d’exercer cette profession.

Le psychiatre a suivi une formation universitaire de médecine qui regroupe aussi de larges champs. Au cours de sa formation il choisit une spécialisation en psychiatrie et systématiquement se frome aussi en psychothérapie. Psychiatres et psychologues suivent la même formation dans ce domaine. Ce qui diffère est leur formation de base. Le psychiatre a en sus du psychologue la possibilité de prescrire des médicaments et d’assumer des mandats légaux (par exemple délivrer des certificats médicaux, des attestations et des rapports d’expertises). Contrairement au psychologue sa formation lui donne aussi le droit d’être remboursé par l’assurance de base.

Curseur de QI

Haut potentiel intellectuel, enfin un point de vue documenté !

Un regard qui apporte de la nuance Les échos se sont penchés sur la prise de position de Franck Ramus directeur de recherche …